Publication des actes du colloque sur l’évangélisation

Publication des actes du colloque sur l’évangélisation

Le colloque sur l’évangélisation en Europe et organisé à l’université de Strasbourg en 2013 publie ses actes. En voici la tables des matières :

  • Jérôme Cottin, La nouveauté d’une ancienne question
  • Jérôme Cottin, Un état de la question
  • Christian Grappe, Modèles missionnaires en présence dans le Nouveau Testament
  • Enzo Biemmi, La « nouvelle évangélisation » dans l’Église catholique
  • Andy Buckler, L’Église émergente en contexte anglophone
  • Jérôme Cottin, Le développement de l’Église en contexte germanique. Éléments de réflexion pour de nouvelles actions
  • Gabriel Monet, Une Église « missionnelle » plutôt que missionnaire
  • Élisabeth Parmentier, Les Églises issues de l’immigration : une évangélisation du protestantisme français ?
  • Étienne Grieu, La Bonne Nouvelle se reçoit de ceux qui ne comptent pas
  • Élisabeth Parmentier, L’évangélisation puisant à l’abondance du don reçu

Référence : Evangéliser, Jérôme Cottin, Élisabeth Parmentier (Eds.), Ed. Lit, 2015.

Télécharger le formulaire de commande

Une méthode d’analyse et de gestion de projet : le “cadre logique”

Le cadre logique est un outil largement répandu dans les ONG et les organismes gouvernementaux de coopération et de développement pour analyser une situation problématique dans une communauté et construire un projet qui permette d’identifier ce qui dysfonctionne et d’améliorer ce qui va bien.

Proche de la recherche-action cet outil à la fois très structuré et très souple permet d’aborder des situations complexes de manière systématique et de développer rapidement des solutions réalistes qui tiennent compte des partenaires (besoins, compétences, culture,…) et des réalités de terrain (ressources, difficultés, réseaux locaux,…). Dans le cadre de son envoi à l’Ile Maurice par DM-échange et mission, Alain Monnard a eu l’occasion de mettre en oeuvre le cadre logique dans la conception et le pilotage de ce que la CEVAA appelle le “Programme missionnaire”, c’est à dire un ensemble de projets de témoignage et de solidarité.

Il a beaucoup apprécié l’approche de la coopération, plutôt que celle du management classique (business plan plus ou moins “baptisé”), car elle permet de tenir compte des valeurs et des conceptions du monde, des partenaires professionnels, bénévoles et institutionnels dans une logique systémique. De plus, un niveau d’exigence permet de cibler des projets qui sont pertinents, efficaces et efficients, avec un impact durable.

Il raconte : Il a fallu une année pour réaliser le programme dans une large démarche de coopération. C’est long pour l’homme, mais très cours pour une Eglise de 1000 membres (ce qui correspondrait à un échelon régional dans l’EERV). Ensuite, nous l’avons mis en oeuvre avec tout ce que cela implique de formation des membres et d’ajustements progressifs. Je suis convaincu que l’utilisation de cet outil peut contribuer à un renouvellement dans nos Eglises, nous sortir de la sinistrose et nous emmener dans une aventure réjouissante de croissance personnelle et communautaire.

Quelques références :

Un exemple sur le site de l’UNESCO

Un descriptif sur le site du label Zewo

Un descriptif sur le site eval.fr

Un document d’information assez détaillé à télécharger en pdf sur le site eval.fr

J’ai trouvé une mine !

temoins.. non pas de celles qui explosent (quoique…) mais de celles qui regorgent de trésors ! Un site oecuménique dédié à la recherche et à l’innovation ecclésiale, à la compréhension de la culture contemporaine et à la spiritualité. Rien que ça !

www.temoins.com

Une journée à Berne autour des “fresh expressions” en Suisse

Invitation à la rencontre-réseau « Table ronde 2 »

Chers collègues, chers amis,

Vous êtes chaleureusement invités à la deuxième table ronde Fresh Expressions Suisse, le

Mardi 9 septembre 2014
Dans l’immeuble de l’église évangélique méthodiste, Nägeligasse 4, Berne
de 9h30 à 16h

Lors de la première table ronde du mois de mars 2014 à Zürich, nous avons entendu les témoignages de personnes ou groupes qui, d’une manière ou d’une autre, ont entendu parler de l’action des Fresh expressions of Church ou Emergent Church et qui en ont été inspirés. La table ronde a donné le mandat à un petit groupe de planifier la suite.

Il s’agit maintenant d’étoffer et d’intensifier les premiers débuts. L’équipe pilote interconfessionnelle est prête à continuer de favoriser les discussions et l’échange d’expériences. Le réseau interconfessionnel chemine ainsi avec la question de « comment être Eglise » dans un contexte social en mutation.

Déroulement de la journée :

7h50 | Gare de Lausanne, quai 1. Billet collectif : s’inscrire auprès de Aude Roy Michel

Dès 9h | arrivée, café et croissants

9h30 | Début, accueil, but et déroulement de la journée

Rétrospective depuis la première table ronde : à quoi l’équipe pilote a-t-elle travaillée ?

9h45 | Bloc 1, pratique, échange, mise en réseau

1. partie pratique. Expérience de Thawm Mang
Echange en groupes : Que s’est-il passé ?

2. partie pratique. Expérience et adaptation

11h | Bloc 2, travail thématique

Objectif : réseau et échange dans les groupes d’intérêt ou les groupes à thèmes (Café Church, New Monasticism, présidence d’église)
Discussion : Comment l’ensemble se combine-t-il avec l’existant ?

12h | Repas

13h | Bloc 3 Missionstatement

14h45 | Fin et informations

15h | Fenêtre confessionnelle

16h | Open End

Langue : Allemand. Traduction française.

Coûts : 20.- CHF pour l’organisation, le repas et les cafés (paiement cash à l’entrée ; ne comprend pas le billet de train)

Pour les Romands, inscriptions jusqu’au 20 août à l’adresse mail : aude.roy-michel@eerv.ch

La table ronde est un forum ouvert. Toute personne intéressée par le sujet est la bienvenue. Si vous connaissez quelqu’un d’intéressé, veuillez simplement nous en informer pour que nous puissions lui faire parvenir une invitation.

Nous nous réjouissons de cette rencontre avec tous ceux qui s’intéressent à des expressions nouvelles dans l’Eglise.

Cordiales salutations

Aude Roy Michel, pasteure EERV Vanessa Trub, pasteure EPG

Télécharger l’invitation Fresh expressions Suisse [pdf 280 Ko]

Une journée œcuménique autour de l’évangélisation

Une bonne trentaine de personnes étaient réunies le 10 mai 2014 à La Tour de Peilz, dans le centre œcuménique de Vassin, à l’invitation de la CECCV. Annoncé comme journée de réflexion et d’échange, la rencontre a fait la part belle à l’œcuménisme et à quelques enjeux liés à l’évangélisation. Tour d’horizon des interventions de la matinée.

 

Mgr Alain de Raemy. Evêque auxiliaire du Diocèse Lausanne, Genève, Fribourg, livre quelques éléments de la naissance et du déploiement de sa vocation. Son expérience œcuménique suit sa trajectoire personnelle à Yverdon, Fribourg, Lausanne puis Rome. Il souligne ensuite quelques éléments tirés d’Evangelii Gaudium. Le Pape François y appelle à un mouvement d’élan et non de repli. La portée œcuménique est centrale dans tout l’ouvrage.

Georges Lemopoulos. Secrétaire général adjoint du Conseil œcuménique des Eglises, se situe à partir de sa tradition orthodoxe. « Avoir la vie en abondance », c’est l’horizon de l’évangélisation, dit-il en ouverture. Il propose ensuite, à partir de l’image d’une peinture iconique projetée sur l’écran, une réflexion théologique. Autour du document ensemble vers la vie, il souligne l’ouverture du mouvement oecuménique à la pneumatologie et à la dimension de l’Esprit. Celle-ci élargit la christologie très centrale jusqu’ici. L’accent est aujourd’hui mis sur l’évangélisation qui vient non pas du centre vers les marges, mais à l’inverse, de la périphérie vers le centre. Cette inversion des notions de pouvoir questionne les héritages. De plus, la nécessité de l’unité comme élément central du témoignage chrétien est évoqué comme lieu de vérification de la cohérence des paroles.

Daniel Willis. Directeur du Mouvement de Lausanne, détaille les motifs de sa présence en Suisse liée aux festivités du 40e anniversaire de la Déclaration de Lausanne. Il souligne divers temps de son parcours personnel, de sa découverte de l’œcuménisme et d’autres Eglise. Il évoque l’engagement du Cap et en profite pour faire son auto critique : nous autres évangéliques, nous avons souvent un Evangile à deux chapitres. Repentance et rédemption. Il nous faut ajouter une théologie de la Création ainsi qu’une eschatologie. Dans cette idée, il souligne l’importance du langage : nos traditions chrétiennes parlent souvent de la même chose avec des expressions différentes. Il lance finalement une piste de travail autour d’un accent à mettre non pas sur l’idée d’un pèlerinage terrestre éphémère, mais une prise en compte forte de la vie et de l’épaisseur du monde.

Le pasteur Hubert Van Beek, secrétaire émérite du Forum chrétien mondial, revient sur son éducation darbyste et son ouverture progressive à l’idée de s’engager dans le mouvement œcuménique. Il détaille les transformations que ces nouvelles découvertes opèrent en lui. Largeur de la perspective, diversité des traditions et des liturgies, mondialisation du christianisme et déplacements théologiques, géographiques et spirituels. Ma propre tradition est trop cérébrale, trop dépouillée et trop désacralisée, dit-il en évoquant sa découverte des courants pentecôtistes. En termes de mission, le grand défi est de mettre ensemble Jean 17 et Matthieu 28 : l’impératif de l’unité et celui de la mission. Il termine en expliquant comment la question de la mission et du prosélytisme a été travaillée dans le cadre du document sur le témoignage chrétien dans un monde multi-religieux proposé par l’Alliance évangélique mondiale, le COE et l’Eglise catholique romaine.

 

10 mai 2014 | Évangélisation et unité des chrétiens

La CECCV organise une journée de réflexion autour de l’évangélisation en contexte de dialogue oecuménique.

Avec, entre autre :

  • Daniel Willis. Directeur au Mouvement de Lausanne (évangélique)
  • Past. Hubert Van Beek, secrétaire émérite du Forum chrétien mondial (réformé)
  • Mgr Alain de Raemy. Evêque auxiliaire du Diocèse Lausanne, Genève, Fribourg (catholique)

Lieu : Centre œcuménique de Vassin, Chemin de Vassin 12, La Tour de Peilz
Date : samedi 10 mai 2014, 9h-16h
Détails et références sur le site de la CECCV

29 janvier 2014 | Le Courage d’être chrétien, le courage d’habiter son lieu

Professeur associé du département de théologie morale et éthique de l’Université de Fribourg, Thierry Collaud était de passage à Echallens, le 29 janvier, pour une soirée œcuménique consacrée au témoignage.
Bon communicateur, l’éthicien qui est aussi médecin et philosophe, a transmis son expérience du témoignage chrétien. Reflets de l’un des participants, Daniel Russ.

***

D’emblée, Thierry Collaud pose le cadre de sa démarche sur «Le courage d’être chrétien» en ajoutant «Le courage d’habiter son lieu». Il démarre son propos sur une série de questions qui lui a été soumise.

  • Qu’est-ce qu’être chrétien ?
  • Comment vivre et témoigner de sa foi de façon positive
  • Se réclamer de la foi chrétienne ne va plus de soi
  • Quel est notre lieu comme chrétiens aujourd’hui?
  • Qui sommes-nous vraiment, qui voulons-nous être?
  • Est-il possible de trouver le chemin d’une foi vécue qui nous rend plus et mieux humain et qui donne à d’autres l’envie de découvrir notre secret.
  • Comment rendre compte de sa foi à l’heure du relativisme religieux?
  • Y a-t-il un comportement spécifiquement «chrétien»?

Plutôt que de répondre directement, le conférencier nous emmène sur le parcours de nos peurs. Son analyse est claire : Si la peur est omniprésente, elle paralyse. C’est justement le courage qui permet de ne pas être «sidéré». Niée, la peur entraine un comportement téméraire, voire dangereux. Le courage permet d’agir de façon pondérée en cas de peur, d’angoisse, de souffrance, ce qui est toujours inconfortable et menaçant.

Être chrétien: adjectif ? ou … substantif ? Pour lui, être chrétien est clairement un substantif : On est enfant du Père, c’est notre enracinement notre patrie. Et on n’est pas seul enfant du père, comme chrétien, il est indispensable de vivre en communauté, de l’identifier, puis de la soigner.

Ensuite, Thierry Collaud parcourt nos peurs face à l’affirmation de notre foi: si on s’éloigne de la communauté, ou si elle menace de disparaitre, nous aurons peur de la distance: « je serai seul, apatride, et sans identité. Si j’investis trop cette communauté, je la surhabite, avec le risque de volonté de maitrise managériale ou d’intégrisme ».

Entre ces deux extrêmes, il y a le courage de la différence dans l’appartenance symbolisé par cette magnifique formule:

Pouvoir vivre l’Église dans sa diversité, dans son unité, dans son mystère inappropriable comme lieu de l’inattendu, de la grâce.

À l’opposé, nous pouvons vire la peur de la proximité, d’être pris au piège, de perdre son identité et son indépendance, ou de la peur de l’envahissement, caractérisé par la peur de l’autre et de sa différence, comme par exemple l’étranger qui dérange. Alors, l’hospitalité illustre parfaitement ce courage de renoncer à la maîtrise des lieux: «Ce n’est pas moi qui construis et définis les contours de l’Eglise».

Pour terminer, ou plus précisément pour introduire la réflexion sur les huit questions, le Professeur Collaud aborde la peur du regard de l’autre, peur de se singulariser, peur des réactions, peur de devoir se justifier: entre la paralysie et l’hyperactivité non maîtrisée, il y a justement ce courage du témoignage: ce témoignage qui autorise à raconter ou donner à voir une histoire, qui au-delà de la simple factualité, renvoie à l’Absolu qui me fait vivre.

Dans l’échange avec le public attentif, Thierry Collaud relève que le courage croit dans la vie, on ne devient pas sage en un jour, on le devient progressivement.

Le témoignage interpelle seulement. Le manque d’arguments pour convaincre n’est pas primordial dans un témoignage, car ce n’est pas que ce qui est dit qui est essentiel, mais ce qui transparait.

Le débat se termine par cette affirmation: je suis responsable de ma foi devant les autres, mais pas de la foi des autres.

Pour faire suite à cette rencontre, la pasteure et formatrice d’adultes Christine Nicolet van Binsbergen animera trois soirées de partage autour du thème du courage et des peurs.

Cette soirée œcuménique était organisée par la paroisse catholique d’Echallens et par la Formation d’adulte de la Région Gros-de-Vaud – Venoge de l’EERV, sous la conduite de Christine Nicolet van Binsbergen, pasteure à Cossonay, formatrice d’adulte.

L’évangélisation au centre des préoccupations de la “Conférence Femmes”

La dernière Conférence Femmes de la FEPS (Fédération des Eglises Protestantes de Suisse) s’est saisi du dossier de l’évangélisation. Au cours de la journée du 28 octobre, les participants ont pu s’initier, parmi un catalogue de huit ateliers, aux sinus milieux, aux Fresh expressions à Evangile en Chemin ou au Kirchentag-Bodensee.

 

Quelques documents (programme, informations et fichiers audio de cette journée – en allemand) sont disponibles sur le site web de la Conférence Femmes.

Un compte-rendu de cette manifestation, rédigé par Sophie Wahli-Raccaud est disponible au téléchargement. (pdf 79 Ko)

Elle est fraîche, mon expression !

Un nombre croissant de pasteurs et de médias réformés s’intéresse aux “Fresh Expressions”, ces églises taillées pour une sous-culture donnée. La presse réformée alémanique s’en fait l’écho : les formes cultuelles nouvelles obtiennent un joli succès outre-manche. Depuis 2004, ces expressions nouvelles ont obtenu le blanc-seing de l’Archevêque de Canterbury pour représenter des lieux de créativité à même de rejoindre des populations entière hermétiques à l’idée de fréquenter un culte traditionnel. Skaters, gothiques, personnes âgées ou businessmen, chacun peut trouver, à Londres ou Manchester, un lieu pour vivre la foi avec des alter-égo qui partagent la même passion, la même profession ou le même cercle social.

Plus de 2’000 groupes et 60’000 paroissiens plus tard, l’essor de cette initiative d’inculturation ne fait plus mystère d’une forme de succès. A tel point que l’assemblée des délégués de la FEPS recevait, en novembre 2012, George Lings, l’un des pionniers de ces nouvelles formes d’Eglises. Inspiré par cette créativité, le pasteur Rolf Kühni s’est employé, il y a dix jours, à cirer des chaussures dans un centre commercial pour chercher le contact avec les passants. Dans une autre sensibilité théologique, le pasteur Matthias Krieg, responsable de formation des adultes dans l’Eglise réformée zurichoise, est un convaincu.

Hans-Peter Geiser, ancien pasteur de l’Eglise réformée de langue allemande (PLA) de la Côte, connait bien ces communautés et d’autres modèles auxquels il s’intéresse depuis très longtemps. “Dans un cadre multitudiniste, la formation continue des Eglises réformées alémaniques envoie pour la deuxième fois des pasteurs pour découvrir ces “Expressions”, réfléchir à une transposition en milieu helvétique et stimuler leur créativité. En Suisse ces initiatives “Fresh Expressions” ne sont pas encore vraiment présentes, mais elles suscitent beaucoup d’intérêt. Parfois les initiatives personnelles sont un peu marginales se développent loin des Eglises historiques. Dans l’Eglise anglicane, ces formes sont intégrées par la structure. Elle a pris conscience qu’elle a beaucoup à perdre si elle ne parvient pas à chapeauter l’innovation.”

Références

Pour entrer (en français) dans l’univers des formes d’églises dites “émergentes” et d’autres mouvements créatifs.

Michel Moynagh, L’Eglise autrement, Ed. Empreinte Temps Présent, 2003

 

La référence théologique et sociologique à la base des “Fresh Expressions” (en anglais)

Michel Moynagh, Philip Harrold, Church for Every Context, SCMPress, 2012

Le site web temoins.com regorge de documents intéressants. Quelques exemples :

Rendez-vous

Une journée de formation à Zurich, le 2 novembre 2013 (inscriptions jusqu’au 2 octobre…) (en allemand)

Idem à Bâle, le 9 novembre 2013 (flyer, pdf, en allemand)

Un voyage en Angleterre, 3-10 mai 2014, organisé par l’Office Protestant de Formation (inscriptions jusqu’au 31 décembre 2013)

Formation sur l’approche sinus milieus®

28 septembre 2013 – Centre oecuménique du Bois-Gentil – Lausanne – 9h-12h30

Une matinée de formation gratuite sur les études sinus milieux® qui proposent de découper la société en dix groupes sociaux identifiés. Développées depuis dix ans, ces recherches intéressent aujourd’hui très largement les milieux d’Eglise.

Essentiellement tournés sur le marketing, ces études font l’objet d’une adaptation pour les Eglises. Elles ont été effectuées dans les Eglises réformées de Zurich et Neuchâtel et révèlent bon nombre d’éléments des couches sociales qui composent nos paroisses. Elles dévoilent également les groupes qui ne sont

que très peu touchés par l’annonce de l’Evangile.

Télécharger le dépliant

Inscriptions et informations :

Secrétariat régional, Boissonnet 1, 1010 Lausanne, 021 653 06 78, eerv.region12@bluewin.ch

 

 

Abonnez-vous à notre lettre de nouvelles.