Echafauder des pistes selon la technique de la "GEASE"

Une définition

Né au début de années 1990, la GEASE (Groupe d'Entraînement à l'Analyse de Situations Educatives) est un outil performant et créatif.
Il permet de mobiliser les intuitions et la créativité d'un groupe de personnes autour d'une situation particulière.
Il consiste en un protocole de discussion permettant à un groupe restreint (max. 10 personnes) d'élaborer des pistes concrètes pour planifier un projet ou surmonter des obstacles.

Préambule

  • Indications pratiques
  • L'implication de tous les participants est très importante. Aucune personne ne peut se considérer comme un spectateur de la démarche.
  • La bienveillance à l'égard de chaque personne et de chaque échange est primordiale. Dans cette perspective, il s'agit de bannir tout jugement de valeur.
  • Dans certains cas, la confidentialité des échanges permet l'établissement d'un cadre de confiance, indispensable à l'exercice.
  • La prise de parole doit s'effectuer dans le respect d'autrui, autant dans le contenu des propos que dans le temps de parole.
  • Bien que l'autodiscipline du groupe soit possible, il est préférable de bénéficier d'un animateur-participant (appelé conducteur) qui peut réguler les prises de parole et se porter garant du cadre.
  • Une GEASE complète peut durer 2h30 à 3h. Il est possible de faire une version courte en l'espace d'1h - 1h30.
  • Le nombre idéal se situe autour de 5 à 7 personnes. Il faut éviter les groupes de plus de 10 personnes (le scinder en deux). 

Phase d'initialisation

  • Le conducteur présente l'ensemble du dispositif et les indications qui figurent en préambule.
  • Chaque participant peut présenter en quelques mots brefs une situation qu'il souhaite soumettre au groupe. Celle-ci doit être assortie d'une question qui précise la demande.
  • Le conducteur (ou le groupe) choisit alors une situation qui sera l'objet de la GEASE proprement dite.
  • La personne choisie est appelée le narrateur dans les phases décrites ci-dessous.

Phase 1 : narration

  • Le narrateur se place en face du groupe.
  • Il expose en détails la situation.
  • Il n'est pas interrompu durant cette phase.
  • Les autres participants observent et écoutent attentivement. Ils peuvent également observer le langage non-verbal.
  • Le conducteur est garant du cadre et n'intervient, en principe pas.
  • Cet exposé dure environ 10 minutes.
  • A la fin de l'exposé, le conducteur invite le narrateur à formuler la "bonne" question qu'il soumet au groupe.

Phase 2 : questionnement

  • Les participants du groupe mènent l'enquête pour comprendre les tenants et aboutissants de la situation.
  • Ils posent des questions ouvertes au narrateur.
  • Ils ne formulent aucune interprétation, aucun jugement ou appréciation (même positive).
  • Le narrateur peut choisir de ne pas répondre aux questions qui génèrent chez lui un malaise.
  • Le conducteur est garant du cadre et doit être particulièrement vigilant. Il peut également poser des questions pour éclairer la situation.
  • Cet échange dure environ 20 minutes et peut, au besoin, être allongé de 10 minutes si des points nouveaux arrivent.

Phase 3 : propositions

  • Le narrateur n'a pas la parole dans cette phase, mais il est invité à prendre des notes.
  • Tour à tour, les participants sont invités à formuler des propositions en distinguant le mieux possible : A. des hypothèses explicatives de compréhension de la situation B. un inventaire des possibles dans la situation C. des propositions concrètes.
  • Cette phase peut durer environ 30-40 minutes.

Phase 4 : construction

  • Le narrateur reprend la parole.
  • Les autres participants se taisent.
  • Le narrateur choisit les éléments qu'il retient dans les prises de parole faites au point 3.
  • Cette phase peut être très courte (5 minutes).

Phase de reprise (prolongement possible)

Le conducteur reprend alors la parole pour exprimer ses observations sur la manière dont le processus s'est déroulé. Il renvoie aux uns et aux autres une image de ce qu'il a perçu (relations, prises de parole, dynamique, émotions, processus, etc). Son mandat est de relever les contre-sens, les collusions, les alliances, les oppositions, etc. Il peut aussi permettre à tous les participants de s'exprimer librement.

A télécharger

Un article détaillé (pdf)
Un résumé à imprimer (pdf)
Un guide pratique